Les ateliers de l'UP2V

"La philo en petits morceaux" et les autres R.D.V. de l'UP2V

LES DEUX PREMIERS ATELIERS

L'atelier ALIMENTATION,

qui s'est scindé en deux sous-groupes :

1- PRODUCTION-TRANSFORMATION

2- SANTÉ - NUTRITION


L'atelier CLIMAT

...se scinde également en deux :

1- AGIR INDIVIDUELLEMENT

2- COLLECTIVEMENT


Les objectifs et la mise en route des deux ateliers

 

Mardi 3 novembre se sont retrouvés au Château du Charmois pour une « Première » quarante personnes intéressées par les ateliers de la toute nouvelle Université Populaire et Participative de Vandœuvre  (UP2V)

 

Le cœur de l’activité de l’université 

La plupart d’entre elles avaient apprécié les deux premières conférences : celle du philosophe  Patrick Viveret intitulée « La cause humaine », puis celle du Directeur DD de France Stratégie, Dominique Averlot « La menace climatique, comment faire face ? ».

 

Les ateliers se veulent de fait la prolongation de ces temps forts pour devenir à terme le cœur de l’activité de l’université : un laboratoire d’idées pour s’ouvrir à davantage de citoyens et pour produire des synthèses aux acteurs politiques, économiques, sociaux et culturels.

Une charte « Riches de nos différences »

En préambule, Denis Grison, initiateur avec Carole, a proposé un projet de charte « Riches de nos différences » qui avance des principes de fonctionnement (Cf. Organisation interne) :

-égalité entre participants ;

-partage équitable du temps de parole ;

-reconnaissance d’autrui ;

-expression modérée et parole mesurée ;

-savoir reconnaître ce que nous devons à autrui dans la construction jamais achevée de notre pensée ;

-…et encore, ne pas chercher le consensus à tout prix.

 C’est peu dire qu’on est loin des slogans et de la facilité !

 

D’ailleurs les questionnements dans la salle n’ont pas tardé !

-Comment aller au-delà de simples discussions et échanges verbaux ?

-Quid de l’action par rapport à la réflexion ?

-Quid de la démarche individuelle et de l’action collective ?

-L’objectif principal ne serait-il pas d’abord de (re)créer de ce  lien social qui semble tant faire défaut actuellement ?

-Comment toucher tous ceux et toutes celles qui ont du mal à obtenir, comprendre et décrypter les informations des journaux télévisés et journaux gratuits ?

-Comment procéder quand tant de thèmes croisés s’enchevêtrent constamment ?

-Quels obstacles et blocages lever prioritairement pour contrebalancer la puissance de la surconsommation ambiante ?

-Des experts, mais avec quel esprit critique ?

Entre autres…

 Ces problématiques seront progressivement mises sur la table et vont s’étaler sur l’année dans les deux ateliers sur le climat et l’alimentation, déjà programmés. C’est une inscription dans la durée : on ne change pas de film à chaque séance…Ils vont profiter de l’apport des uns et des autres, de celui de quelques spécialistes et de techniques éprouvées de communication et de pratiques d’échanges contradictoires. Ce devraient donc devenir des lieux de responsabilité, où chacun pourra apporter son écot, son expérience et ses envies de faire…et ce, à sa mesure.

On se réunit donc pour essayer de faire avancer les choses collectivement, laisser une trace : c’est une façon de construire ce monde alternatif qui pointe, plus que de se cantonner à faire de la « résistance ». A priori, rien n’est figé.

Trois groupes ont commencé par faire connaissance : dire son parcours souvent riche professionnellement ou dans le milieu associatif, évoquer ses priorités, s’interroger sur les possibles ou déjà d’éventuels projets mis ou à mettre en place. Le souci pour les générations à venir est prégnant chez beaucoup. Attirer et faire participer des étudiants et des jeunes seraient un atout supplémentaire.

 

Dans un des groupes, le répartiteur de parole a proposé la technique de communication gestuelle non-violente pour mieux gérer les échanges en termes d’acquiescement, de désaccord, de précision technique ou de propos trop longs. Cette pratique nouvelle n’a pas été utile dès cette entrée en matière bien que de réels échanges contradictoires se soient déjà manifestés ! L’alimentation bio n’est pas forcément bien perçue ; réduire ses déplacements en automobile peut supprimer des moments familiaux moins riches ; isoler son habitat peut devenir une sinécure ; les industriels et la distribution sont-ils forcément des ennemis…

 Denis et Carole présentent les intentions à l’origine de ces ateliers 

 L’esprit de ces ateliers participatifs est bien de « donner  la main » aux participants pour choisir leurs thèmes de réflexion et définir leur projet. Nous allons aussi vous soumettre une première « liste des attentes », telle qu’elle s’est dégagée des premiers ateliers.

 L’objectif est que chaque groupe puisse, à la fin de la séance, avoir une ébauche de son plan de travail, ainsi qu’une méthodologie pour continuer.

 

Liste des attentes aujourd’hui (à compléter) :

-Que puis-je faire individuellement contre le réchauffement climatique et comment le faire partager

à mes proches ?

 

-Quels acteurs "agréger" pour toucher une population qui ne s'intéresse pas

au réchauffement climatique ou qui ne peut pas venir aux ateliers ?

-Je souhaiterais modifier mon comportement et m'appuyer sur le collectif pour avancer ensemble

  

ü   

 

-Je recherche des retours d'expériences sur la rénovation de maison

 

 

  

ü   

 

-Je suis intéressé par des discussions sur le réchauffement climatique

  

  

  

ü   

 

-Que pourrai-je faire pour améliorer la situation quand je serai professionnel en lien

avec les thématiques climatiques ?

 

-Je suis intéressée par le développement d'actions envers les personnes non convaincues

par le réchauffement climatique.

 

-Comment sensibiliser les générations futures ?

  

 

  

 

  

ü   

 

-Je souhaiterais que les ateliers aboutissent à des actions concrètes.

 

  

  

ü   

 

-Je souhaiterais que l'UP2V permette de faire acquérir un esprit critique.

 

  

  

ü   

 

-Comment atteindre les gens non convaincus ?

 

 

  

  

 

ü   

 

-Je souhaiterais entendre des experts s'exprimer.

  

  

 

  

  

ü   

 

-Je souhaiterais que l'UP2V aboutisse à des actions.

  

  

 

  

 

ü   

 

-Je suis intéressée par une approche méthodologique des ateliers

qui permette d'avancer ensemble

sans bloquer sur des points de divergence.-L’ alimentation bio est-elle un élément de la réponse ?

Elle n’est pas toujours bien perçue...

-Faut-il réduire ses déplacements ?  Au risque d’appauvrir nos relations, familiales entre autres

-Faut-il isoler son habitation ? Cela peut devenir une sinécure.

-Faut-il considérer les industriels et la distribution comme des ennemis ?

-Que penser de l’information par les médias, souvent déformante ?

-Un des principaux objectifs de l’UP2V n’est-il pas de donner accès

à la « bonne » connaissance scientifique ? D’où l’importance de faire appel à des experts

Mais les experts sont-ils toujours d’accord ? Que penser des controverses scientifiques ?

 

Viendront se joindre à nous de nouveaux participants qui n’avaient pu être présents

lors de la 1ère rencontre.

 

La référence aux nécessaires petits colibris de Pierre Rabbi (chacun est utile à sa place…), la nécessité de se trouver une méthodologie efficace et de se garder de dogmatisme, la recherche du dialogue vivant plus que de l’argumentaire « impeccable », le partage de l’information sont heureusement très partagés.

 

Un premier pas nécessaire.

 

Des remarques, contributions et un groupe de pilotage devraient permettre de tracer le chemin et de trouver le rythme ensemble ■